Mai 2023

Dans la partie 1 d'un dossier en deux parties VETgirl formation continue vétérinaire en ligne blog, Dr Garret Pachtinger, DACVECC, propose une approche pratique des fluides basée sur des cas. Après tout, vous utilisez la fluidothérapie CHAQUE. SEUL. JOURNÉE en médecine vétérinaire, que vous soyez vétérinaire petit animal, exotique, gros animal ou équin ! Mais, il ne s'agit pas seulement de «régler et d'oublier» et c'est bien plus que de l'eau et du sel. Alors, lisez la suite pour en savoir plus ! N'oubliez pas de revenir dans quelques semaines pour la partie 2.

La fluidothérapie est l'une des thérapies les plus couramment utilisées pour les praticiens des petits animaux. Malgré de nombreuses recherches, le consensus général est qu'il n'y a pas un type de fluide qui soit meilleur qu'un autre pour la réanimation. C'est souvent la raison pour laquelle il y a un débat sur les fluides qu'un cabinet devrait acheter pour avoir sur l'étagère. De plus, le type de liquide souhaité peut varier en fonction du processus pathologique sous-jacent.

La raison pour laquelle la fluidothérapie est si importante en médecine est que les organismes vivants sont composés principalement de… fluides !. La teneur totale en eau corporelle est d'environ 60 % du poids corporel chez un chien ou un chat adulte non obèse. L'eau corporelle totale est en outre répartie entre deux compartiments principaux : le liquide intracellulaire (ICF) et extracellulaire (ECF).

Compartiments de liquide de l'eau corporelle totale (TBW)

Le compartiment ICF est le plus grand des deux compartiments et comprend 66 % de l'eau corporelle totale et 40 % du poids corporel. Il est séparé du compartiment ECF par une membrane cellulaire perméable à l'eau mais imperméable à la plupart des solutés. L'ECF comprend les 33 % restants du TBW et 20 % du poids corporel. L'ECF est subdivisé en compartiments plasmatique (25 % de l'ECF) et liquide interstitiel (75 % de l'ECF).

Le besoin de fluidothérapie est souvent divisé en 2 catégories principales :

  1. Restauration du volume intravasculaire du patient (hypovolémie)
  2. Remplacement du liquide extravasculaire (déshydratation)

Il existe plusieurs types de 4 hypoperfusion communément reconnu en pratique vétérinaire :

  1. Hypovolémie (c'est-à-dire perte de volume intravasculaire)
  2. Mal distributif/septique (c.-à-d. perte de tonus vasculaire, déplacement de liquide, troisième espacement)
  3. Cardiogène (c'est-à-dire, dysfonctionnement du myocarde entraînant un manque de débit cardiaque et de perfusion)
  4. Obstructive (c.-à-d. diminution du retour veineux vers le côté droit du cœur à la suite d'une obstruction, par exemple due à une dilatation gastrique et à un volvulus ou à un épanchement péricardique)

Il est important de distinguer quel type d'hypoperfusion est présent car leur traitement initial ainsi que le traitement à long terme différeront en fonction du processus pathologique sous-jacent. Par rapport aux causes cardiogéniques, lorsque des signes cliniques d'hypovolémie sont présents (muqueuses pâles, temps de remplissage capillaire prolongé, mentation terne, mauvaise qualité du pouls, extrémités froides et tachycardie (ou bradycardie chez le chat), les liquides intravasculaires doivent être remplacés pour la réanimation d'urgence.

Lorsque l'on pense au remplacement des fluides, le premier fluide que nous considérons est souvent un cristalloïde isotonique. Les fluides cristalloïdes sont des mélanges de chlorure de sodium et d'autres solutés physiologiquement actifs (K+Ca2+ ou Mg2+, glucose et tampon). Le sodium est le principal soluté dans l'espace extracellulaire, la majorité de l'espace extracellulaire est extravasculaire et, par conséquent, le sodium résidera principalement à l'extérieur de l'espace vasculaire. Les cristalloïdes courants que les vétérinaires ont sur l'étagère comprennent le Lactate Ringer, le Normosol-R et le Plasma-Lyte 148. Ces fluides sont classés comme des solutions isotoniques car ils ont une concentration d'électrolytes et une osmolarité similaires à l'ECF (plasma). Ces fluides se répartissent rapidement entre les compartiments intravasculaire et interstitiel. Après trente minutes, 75 % du volume de fluides perfusé dans l'espace intravasculaire se déplace dans l'espace interstitiel. Lors de l'utilisation de cristalloïdes isotoniques, les volumes de liquide de choc estimés sont de 90 ml/kg chez le chien et de 60 ml/kg chez le chat. L'auteur remplace initialement 1/4 à 1/3 du volume calculé le plus rapidement possible, les paramètres de perfusion réévalués, notamment la fréquence cardiaque, la couleur des muqueuses, le CRT, la qualité du pouls, la pression artérielle et éventuellement le débit urinaire.

Outre les cristalloïdes isotoniques, les colloïdes synthétiques sont une autre option envisagée chez les patients hypovolémiques. Les colloïdes synthétiques tels que Hetastarch, Vetstarch® et les dextrans sont des fluides qui contiennent de grosses molécules (poids moléculaire > 10,000 XNUMX daltons) qui ne traversent pas facilement la membrane vasculaire. Les colloïdes synthétiques sont hyperoncotiques pour le patient normal et attirent donc le liquide dans l'espace vasculaire à partir de l'espace interstitiel tout en maintenant le liquide dans l'espace vasculaire. Par rapport aux cristalloïdes isotoniques, les colloïdes synthétiques provoquent une augmentation du volume sanguin supérieure à celle du volume infusé.

Bien que l'objectif standard soit de mesurer la pression oncotique à l'aide d'un osmomètre colloïdal, les principes généraux d'utilisation de la thérapie colloïdale synthétique comprennent :

  • Lorsque les cristalloïdes ne sont pas efficaces pour améliorer ou maintenir le volume sanguin
  • Un œdème périphérique se développe
  • A l'appui du colloïde osmotique la parfaite pression
  • Problèmes de perméabilité capillaire
  • Protéines totales < 3.5 g/dL
  • Albumine < 1.5 g/dL

Les doses courantes de bolus de colloïde sont de 10 à 20 ml/kg chez le chien et de 5 à 10 ml/kg chez le chat, suivies d'une réévaluation rapide et fréquente. Semblable aux cristalloïdes isotoniques ci-dessus, l'auteur utilise 1/3 à ¼ du volume ci-dessus comme bolus initial suivi d'une réévaluation du patient.


Outre les cristalloïdes isotoniques et les colloïdes synthétiques, une autre thérapie liquidienne alternative est les cristalloïdes hypertoniques, en particulier la solution saline hypertonique. Une solution saline hypertonique est envisagée pour l'expansion rapide du compartiment intravasculaire et utilisée chez les patients qui ont un état d'hydratation normal. Le sérum physiologique hypertonique est contre-indiqué chez un patient déshydraté ou hypernatrémique. La solution saline hypertonique a un effet puissant, attirant les fluides d'autres compartiments dans l'espace intravasculaire en raison de ses forces osmotiques puissantes. La dose typique recommandée pour une réanimation rapide est de 4 à 7 ml/kg de HS à 7.5 % sur 20 minutes. De plus, la solution saline hypertonique est théorisée pour avoir d'autres propriétés bénéfiques, notamment une contractilité myocardique améliorée, l'activation d'un réflexe neurogène entraînant une vasodilatation périphérique, l'amélioration du flux microcirculatoire en empêchant l'effondrement capillaire, une réduction du gonflement des cellules endothéliales et des altérations de la fonction des cellules polymorphonucléaires (PMN) et les cellules endothéliales. Les complications comprennent la bradycardie, la bronchoconstriction, les fluctuations de sodium, la surcharge hydrique et l'œdème pulmonaire, la phlébite et les arythmies ventriculaires.

Pour prolonger l'effet de la réanimation liquidienne, l'auteur envisage également l'utilisation combinée d'une solution saline hypertonique/colloïde de synthèse. Pour obtenir ce mélange fluide, un rapport 1: 2.5, 23.4 de solution saline hypertonique à 17, 23.4% (chlorure de sodium) et Hetastarch ou Vetstarch est utilisé. Pour fabriquer facilement cette solution, 43 ml de solution saline hypertonique à 60 % et 3 ml de colloïde sont mélangés dans une seringue de 5 ml. 2 à 3 ml sont ensuite utilisés comme bolus chez le patient canin et XNUMX à XNUMX ml sont utilisés comme bolus chez le patient félin, suivis d'une réévaluation.

Mais attendez! Il y a tellement plus sur la fluidothérapie. Syntoniser partie 2 dans quelques semaines pour en savoir plus sur la fluidothérapie !

Références (Veuillez noter que les références indiquées concernent à la fois les parties 1 et 2) :

  1. Barron ME, Wilkes MM, Navickis RJ. Une revue systématique de la sécurité comparative des colloïdes. Arch Surg 2004;139(5):552-63.
  2. Chan DL. Colloïdes : recommandations actuelles. Vet Clin No Amer Small Anim Pract 2008;38(3):587-93.
  3. Choi PT, Yip G, Quinonez LG, et al. Cristalloïdes vs colloïdes dans la réanimation liquidienne : une revue systématique. Crit Care Med 1999;27(1):200-10.
  4. Cohn LA, Kerl ME, Lenox CE, et al. Réponse de chiens sains à des perfusions d'albumine sérique humaine. Am J Vet Res 2007;68:657-663
  5. Cornélius LM. Fluidothérapie dans la pratique des petits animaux.J Am Vet Med Assoc. 1980; 176: 110.
  6. Cornelius LM, Finco DR, Culver DH. Effets physiologiques de la perfusion rapide de la solution de lactate de Ringer chez le chien.Suis J Vet Res. 1978; 39: 1185.
  7. Cunha MG, Freitas GC, Carregaro AB,et al. Effets rénaux et cardiorespiratoires du traitement avec une solution lactate de Ringer ou une solution saline physiologique (0.9 % de NaCl) chez les chats présentant une obstruction urétrale induite expérimentalement. Suis J Vet Res. 2010; 71: 840-846.
  8. DiBartola SP, Bateman S. Introduction à la fluidothérapie. Dans : DiBartola SP.Troubles liquidiens, électrolytiques et acido-basiques chez les petits animaux. 4e éd. Saint-Louis, Missouri : Elsevier ; 2012 :331–350.
  9. Gaudette S, Hughes D, Boller M. Le glycocalyx endothélial : structure et fonction dans la santé et les maladies graves. J Vet Emerg Crit Care (San Antonio). 2020;30(2):117-134. doi:10.1111/vec.12925
  10. Hansen B, DeFrancesco T. Relation entre l'estimation de l'hydratation et le changement de poids corporel après une thérapie liquidienne chez les chiens et les chats gravement malades.Soins critiques d'urgence J Vet. 2002; 12: 235.
  11. Moore LE, Garvey MS. L'effet de l'hétamidon sur la pression osmotique des colloïdes sériques chez les chiens hypoalbuminémiques. J Vet Intern Med 1996;10(5):300-3
  12. Rose RJ. Quelques effets physiologiques et biochimiques de l'administration intraveineuse de cinq solutions électrolytiques différentes chez le chien.J Vet Pharmacol Ther. 1979; 2: 279.
  13. Silverstein DC, Aldrich J, et al. Évaluation des modifications du volume sanguin en réponse à l'administration de liquide de réanimation chez le chien. Journal of Veterinary Emergency and Critical Care 2005;16(3):185–192.
  14. Trow AV, Rozanski EA, Delaforcade AM, et al. Évaluation de l'utilisation de l'albumine humaine chez les chiens gravement malades : 73 cas (2003-2006). J Am Vet Med Assoc 2008;233(4):60

Seuls les membres VETgirl peuvent laisser des commentaires. Se connecter or Rejoignez VETgirl dès maintenant ! Réservez votre place aujourd'hui!