2024 mai

Le rôle du technicien dans la surveillance des patients critiques

Par Melanie Newton, CVT VTS (ECC), coordonnatrice du développement des techniciens vétérinaires – École de médecine vétérinaire Cummings de l'Université Tufts

Dans cette formation continue vétérinaire en ligne VETgirl blog, Mélanie Newton, CVT, VTS (ECC) nous rappelle que notre meilleur appareil de surveillance pour les patients gravement malades n'est peut-être pas un équipement, mais plutôt la formation, l'expérience et l'intuition de nos techniciens vétérinaires.
À mesure que la technologie avance et que nous sommes inondés d’appareils au quotidien, il ne faut pas oublier le meilleur appareil de surveillance du siècle : le technicien vétérinaire ! Bien entendu, certaines machines et moniteurs ont leur place en médecine vétérinaire. Un ECG continu pour suivre la fréquence cardiaque et le rythme, un tensiomètre oscillométrique pour une utilisation facile, même un oxymètre de pouls légèrement peu fiable pour nous alerter d'une baisse de SPO2 peuvent être utiles en milieu hospitalier. Cependant, aucune machine ne peut reproduire les compétences de surveillance d’un technicien bien formé. De l’observation du patient au fil de plusieurs interactions à l’intuition que les techniciens développent au fil du temps, le rôle du technicien vétérinaire dans le suivi des soins intensifs ne doit pas être négligé.

Suivi des tendances

La surveillance des patients gravement malades implique de noter les changements de comportement ou de personnalité de votre patient ainsi que de suivre les signes vitaux au cours de plusieurs interactions.

Lors des visites chez un patient, notez son apparence de loin. Les visites côté cage sont un excellent moyen d’évaluer votre patient au début de votre séjour avec lui. Notez leur comportement. Se reposent-ils facilement dans une position qui semble normale ? Sont-ils couchés latéralement ? Est-ce qu'ils font les cent pas et n'arrivent pas à se mettre à l'aise ? Surveillez leur respiration, est-elle lente et régulière ? Est-ce qu'ils haletent ? Sont-ils dyspnéiques ou tachypnéiques ? En notant à quoi ils ressemblent à première vue, vous aurez désormais en tête une base de référence à partir de laquelle travailler.

Ensuite, effectuez une complète examen physique de votre patient, en notant toute anomalie ou préoccupation. En plus de prendre un ensemble de signes vitaux, une évaluation globale de votre patient doit être effectuée. Ressentez leurs pouls et notez s’ils sont forts, faibles ou filants. Touchez chaque jambe (si le patient le permet) et vérifiez tout gonflement ou œdème. Passez vos mains de chaque côté du patient ainsi que le long de la colonne vertébrale et de l'abdomen. Le patient réagit-il à tout cela ? Notez tout gonflement du visage. Prenez une image mentale, ou mieux encore une image physique, de l'apparence de leurs yeux. Sont-ils brillants et humides ou enfoncés et apparemment secs ? Tout cela permet au technicien d’établir ce qui est « normal » chez ce patient. Si, au cours de son quart de travail, le technicien remarque un changement important (par exemple, un nouvel œdème ou un changement dans les réactions), cela doit être pris en compte et traité.

Signes vitaux sont essentiels au suivi de votre patient. Des pics ou des baisses soudaines des signes vitaux peuvent vous alerter, vous et votre équipe, des changements chez votre patient.

Le de la fréquence cardiaque peut être révélateur de plusieurs changements différents chez votre patient. Les changements dans l'état du volume, tels qu'une déshydratation ou des pertes de liquide importantes, ainsi que d'autres facteurs tels que la douleur et l'anxiété, entraîneront une élévation de la fréquence cardiaque de votre patient. Éliminer les causes de la tachycardie à l'aide d'un score de douleur ou évaluer le niveau de SAF (peur, anxiété et stress) du patient peut aider à déterminer son état clinique. Alternativement, une diminution spectaculaire de la fréquence cardiaque d'un patient peut indiquer que celui-ci n'est plus en mesure de compenser sa maladie. Une bradycardie soudaine peut également être observée avant l'arrestation. Les pics ou baisses inattendus de la fréquence cardiaque doivent être notés et étudiés plus en détail.

Le fréquence respiratoire changera également en fonction du statut de votre patient. Une augmentation de la fréquence respiratoire pourrait être le signe d'une intolérance aux liquides, c'est-à-dire d'une surcharge liquidienne. Cependant, une tachypnée et un essoufflement peuvent également s'accompagner de douleur et d'anxiété. L’utilisation d’autres indices du contexte clinique, tels que la turgescence cutanée pour l’hydratation ou un score de douleur pour évaluer le confort du patient, peut aider à déterminer les causes possibles d’une augmentation de la fréquence respiratoire. Différents schémas respiratoires peuvent également indiquer des changements de pH. Les patients souffrant d'acidose peuvent respirer plus rapidement pour réduire les concentrations de CO2, ce qui augmente les niveaux de pH. L'exploration des causes possibles d'une modification du schéma respiratoire du patient est essentielle pour déterminer la stabilité clinique.

Des pointes dans la réactivité doivent être notés et étudiés, ainsi que des considérations sur la maladie présentée par le patient. S'ils vomissaient fréquemment, puis 24 à 48 heures plus tard, ils avaient de la fièvre, cela pourrait-il indiquer une aspiration ? Ont-ils récemment subi une intervention chirurgicale gastro-intestinale, et cela pourrait-il indiquer une déhiscence de l'incision ? Bien que le diagnostic ne fasse pas partie de la description de travail du technicien, il convient d'encourager le fait d'alerter le vétérinaire de vos découvertes et de disposer de la base de connaissances nécessaire pour pouvoir discuter des causes possibles.

Changements de mentalité doivent également être inclus lors du suivi des tendances de votre patient. Un patient qui était brillant, alerte et heureux de vous voir le matin et qui se retrouve soudainement calme et recroquevillé dans un coin pourrait indiquer un changement dans son état. Tous les patients ne progressent pas de manière évidente, de réactif à comateux, en peu de temps, c'est pourquoi des changements subtils doivent être notés et pris en compte.

Les tendances vitales peuvent être extrêmement utiles pour déterminer l’état clinique du patient. Des changements drastiques de la fréquence cardiaque, de la fréquence respiratoire, de la température et de la mentalité doivent être utilisés pour porter des jugements cliniques et évaluer le bien-être général du patient.

Faire confiance à son « instinct »
Si les tendances vitales peuvent nous fournir des informations solides et des chiffres réels, l'intuition du technicien peut également être un outil précieux. Une étude réalisée en 2017 par le département des sciences infirmières de l'université Mid Suède a examiné le rôle de l'intuition dans les processus de soins infirmiers humains. L’étude a révélé que l’intuition peut jouer un rôle important en milieu clinique : « L’utilisation de l’intuition mérite d’être reconnue dans la prise de décision clinique, guidant l’infirmière à agir pour le patient en combinaison avec des pratiques fondées sur des données probantes… ».Ce concept se retrouve également en médecine vétérinaire. Un technicien déclenchera un signal d'alarme simplement parce qu'il aura le sentiment que quelque chose n'allait pas et il aura souvent raison au cours d'une enquête plus approfondie. Avec le temps et l’expérience, le technicien peut développer une forte intuition. Le technicien travaille également plus souvent avec les patients que tout autre membre de l’équipe hospitalière. Qu'il s'agisse de fonctions vitales fréquentes, d'administration de nombreux médicaments, de promenades avec le patient, de changement de literie et de tout le reste, le technicien connaîtra bien son patient et pourra remarquer des changements subtils plus tôt. Faire confiance aux intuitions de votre technicien sera bénéfique pour votre patient.

La règle de 20 de Kirby
Même si les tendances et l'intuition sont toutes deux extrêmement utiles, cette liste de contrôle de 20 paramètres critiques peut vous aider à déterminer l’état clinique de votre patient.

Alors n’oubliez pas : votre meilleur appareil de surveillance n’est pas quelque chose qui vient dans une boîte, mais c’est en fait votre technicien vétérinaire !

Bibliographie
1. Melin‐Johansson, Christina et al. "L'intuition clinique dans le processus infirmier et la prise de décision : une revue d'études mixtes." Journal des soins infirmiers cliniques, vol. 26, non. 23-24, 22 juin 2017, p. 3936-3949, https://doi.org/10.1111/joc

Seuls les membres VETgirl peuvent laisser des commentaires. Se connecter or Rejoignez VETgirl dès maintenant ! Réservez votre place aujourd'hui!